_DSC0005

 Anna Kazimierzack et ses parents,
1923 Lodz en Pologne.


Mémé,
Prés de 100 ans aprés cette photo, nous avons découvert ton pays.
J'ai amené ton arrière petite fille sur tes traces, et je lui ai raconté ton histoire, et cette zhistoire, comme tu disais, c'est aussi notre histoire.
Alors permets moi de te dédicacer ce post, si jamais tu as internet de là haut, j'espère qu'il te plaira et que tu seras fière de ta Karoline.

_DSC0031

70 ans et 4 génerations séparent ces deux photos.
 Anna & Paul, Paris 1949. 

received_2317575581606050 - Copie

Johanna & Thomas, Cracovie 2019.

18 Février 2019.
Cette fois ci, le CC est resté à Cavaillon, le voilier en Martinique, et c'est donc grâce à Ryanair que nous découvrons Cracovie, ou Krakow pour les intimes.

20190219_104933~1


La ville au 130 synagogues, et aux 50 églises est d'une beauté majestueuse.
D'un romantisme à toute épreuve.
La ville est entretenue, propre et sécuritaire.
On s'y sent bien.

20190219_105411

Rynek Glowny, ce qui veut littéralement dire:
la place du marché

20190221_172314

Sous les arches se trouve la célèbre halle aux draps.
Au XIII siècle, à l'époque de Casimir le grand, la halle de 108m de long fût construite pour les marchants de tissus.
Presque entièrement détruite dans un incendie en 1555, elle fut reconstruite pour devenir l'édifice le plus imposant de Cracovie.
Aujourd'hui, de jolies échopes paraissent ressurgir des siècles passés.
En plus d'être un véritablement rassemblement de l'art artisanal polonais,
le marché a l'avantage d'être couvert,
ce qui n'est pas négligeable en février!
Au dessus des échopes, les armoiries de toutes les villes de Pologne y sont représentées.

20190221_170501

Mémé, nous avons retouvé l'emblème de ta ville de naissance, Lodz.

 

received_341939353088571~1

Face à la halle aux draps,
la magnifique basilique Sainte Marie.
Nous n'avons pas pu la visiter, il doit y avoir des horaires...
Oup's, nous n'étions pas dans les clous.

20190219_200429~1
Nous nous sommes contentés de sa beauté extérieure, et de jour comme de nuit il n'y a pas de mots...
Fondée au XIII siècle par les bourgeois de Cracovie,
c'est l'une des plus belles basiliques gothiques de Pologne.

20190219_195239

Le théatre de Craciovie,
il faudra y retourner pour voir un spectacle.

20190219_133937

Se promener à pied dans les ruelles de Cracovie,
c'est se laisser charmer par la douceur de vivre, se sentir envahi de plénitude.
On dirait que ce peuple qui a manqué de tout,
nous donne de bonnes leçons en nous rappelant la beauté des choses toutes simples.

20190219_135254~1

Cracovie sait aussi nous surprendre par des expositions permanentes grandeur nature! 

20190219_135400

Des équilibristes qui dansent au gré du vent sur leur cable d'acier,
nous accompagnent pendant la traversée du pont au dessus du Vistule,
et nous mènent tout droit dans le quartier de Kaziermierz.

20190219_135747_002

Mémé, tu n' aurais pas aimé ça: ils ont oublié ton CK...

20190221_113231

Nous voilà sur la place des héros du ghetto.
Dans le vif du sujet, la déportation.
Sur cette place se trouve la gare qui vit partir tant de gens vers les camps.
Une exposition a été crée par deux architectes Kazimierz Lataka et Piotr Lewicki en 2005.
65 chaises vides, en bronze, représentant les 65 000 juifs vivants à Cracovie avant la seconde guerre.
Toutes les chaises sont tournées vers l'apteka (qui veut dire pharmacie) de Taddeus Pankiewicz, il permit à de nombreux juifs de trouver du réconfort au milieu de cette horreur.
Seules deux chaises ont une autre orientation, une est tournée vers l'hopital, et l'autre vers la gare qui fut le point de départ des déportations massives vers les camps.
Mémé, toi tu n'es pas partie de cette gare, tu n'étais pas à Cracovie, ta gare à toi était plus au Nord, et ton convoi t'a ammenée à Berlin.
Probablement au camp de travail de Sachsenhausen.
De cette gare, à Cracovie, les convois allaient pour la plupart à Auchwitz.

received_779276905761737

 

Auschwitz ne s'est pas toujours appelé comme ça.

Oswiecim, de son nom d'origine a été débaptisé par les allemands en 1940, et après avoir pris possession d'une garnison de l'armée polonaise vaincue, le camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz I a été créé.

20190220_123718

Arbeit macht frei : le travail rend libre

1.3 million de personnes ont été déportés dans les camps de Auschwitz,
1.1 million y ont périt.
Ces chiffres font ressortir l'ignoble ironie du slogan qui trone sur le portail à l'entrée du camp.

 

20190220_123731

 

Dans le camp règne une ambiance suréaliste.
Bien sur ce que je vais en dire ne concerne que mon ressenti, mais mon ressenti vaut bien celui d'un autre...
Alors allons y pour la visite de Auschwitz!

20190220_135034

Ma première étrange impression, c'est que selon ou je pose mon objectif je peux trouver du charme à ce lieu.
Ancienne garnison de l'armée polonaise, batiments en briques rouges, bien alignés, bien rangés...
On pourrait se croire dans un quartier chic d'une ville polonaise.

20190220_135619

Et de l'autre côté de la rue,
des barbelés qui étaient encore électrifiés  il y a pas si longtemps,
nous rappelle l'horreur de ce lieu.

20190220_132114

 

26 blocs composent Auschwitz 1
Chacun des blocs a une fonction.

20190220_132134
L'intérieur est tellement prenant aux tripes que les larmes pleins les yeux, j'ai été incapable de prendre des photos.

20190220_133438

Le bloc 10 était utilisé pour faire des expériences sur les jumeaux, sur la stérilisation, sur les nains...
Pour ce qui est du bloc 11, même de l'exterieur je n'ai pas pu le prendre en photo.
C'est dans le bloc 11 que les 1er essais des chambres à gaz ont été fait.
Mais la pièce était trop petite et le dosage du zyklon B incertain, les gazages duraient des heures.
Les SS ont rapidement construit une plus grande chambre à gaz, c'est donc en 1941 que le camp de concentration est aussi devenu un camp d'extermination.
Le bloc 11 est devenu alors, le bloc des tortures et le cachot.
Les geôles mesuraient 1m2, par une trappe à raz le sol, les nazis faisaient rentrer à 4 pattes 4 prisonniers par cachot.
Emmurés et contraints à rester debout, ils devaient y passer leur nuit entre 2 journées de travail.

20190220_135409

Pour donner l'exemple en pleine rue, la potence!

20190220_135803

Les convois arrivaient directement dans le camp, au milieu des barbelés.

20190220_140434

Ce bloc là n'avait pas de numéro, c'était la maison du chef du camp.
Auschwitz était placé sous les ordres de Heinrich Himmler.
Le responsable du camp fut
le 
SS- Rudolf Höss 
A la libération, une potence a été érigé juste à côté de la chambre à gaz, et il fut pendu face aux blocs.

20190220_140047

Les chambres à gaz étaient composées de 3 parties,
la salle de déshabillage.
Les futurs gazés étaient priés de se déshabiller pour prendre leur douche,
ce qui évitaient aux nazis de devoir le faire après leur mort.


20190220_140138

La grande salle de" douche" d'où était versé le Zyklon B.

received_383556325762591

5 boites de zyklon b suffisaient à tuer 1500 personnes en quelques minutes.

20190220_140209

Et pour finir, le crématorium.
Malgré des infrastructures très bien pensées,
les nazis étaient heureusement ralentis dans leur oeuvre d'extermination massive, par la lenteur de la crémation.
Mais pris dans leur folie, les SS ont décidé de construire un autre camp, encore plus grand!

received_344153146440511

Auschwitz II birkenau à 3 kms du premier camp.
Nous empruntons l'entrée principale, que ça soit à pied ou en train, les prisonniers arrivaient eux aussi par là.

20190220_144211

De l'interieur, vue sur la sortie, je ne crois pas qu'un seul prisonnier ait pris ce chemin.

20190220_144117

Derrière les 16 kms de barbelés électrifiés, des centaines de baraquements à perte de vue.
300 au total.

20190220_155007

20190220_152053


Beaucoup de bloc ont été brulés, et ils ne restent que les cheminées et les fondations en pierre.


20190220_152124
Certains encore debout, ce sont ceux qui ont été batis en briques.
Ces briques rouges provenaient des maisons aux alentours, qui ont été complètement détruites pour pouvoir batir ce camp.
Sur ce terrain boueux et marécageux,
les SS ont créé le plus grand camp de travail et d'extermination de Pologne.
Il avait une capacité d'accueil de près de 100 000 détenus.

20190220_154605
Un des blocs dans le quartier des femmes.
Il pouvait accueillir 800 femmes.

20190220_154245

3 étages de couchettes, 7 à 8 personnes par étages...
Le premier niveau était à même le sol, juste de la mauvaise paille sur de la boue.
La malnutrition, les poux, les maladies contagieuses...
La peur au ventre, la mort.
Seulement 2 poèles à bois pour le bloc entier (800 personnes) et dehors:
l'hiver polonais à -20°.
C'est ça le camp de travail d'Auschwitz 2.

20190220_145218

Est ce qu'on peut dire que certains avaient la chance d'être exterminés rapidement et de ce fait de ne pas vivre ces souffrances quotidiennes?
Souvent dès leurs descentes des convois, le tri se faisait sur le quai par le medecin SS.
A la façon de gladiateurs, en levant ou baissant le pouce.
Ce camp, les nazis le voulaient à la hauteur de leur projet et ils y ont fait batir (par les prisonniers eux même)  4 chambres à gaz pouvant contenir chacune jusqu'à 2000 prisonniers, soit 8000 personnes tuées en à peine quelques heures.

20190220_151414

Celle-ci fût détruite par 4 prisonnières polonaises le 17 janvier 1945, qui ont réussit l'exploit de faire rentrer tous les jours un peu de poudre sur le camp, jusqu'à en avoir assez pour fabriquer une bombe.
Elles fûrent pendues devant toutes les autres femmes après avoir été torturées.
Le camp a été libéré 10 jours plus tard, le 27 janvier 1945 par les troupes soviètiques.
Sur Auschwitz, il y en a tant à dire.
Tous le monde en connait les grandes lignes, on a tous, avec plus ou moins d'assuduité étudié ça à l'école.

20190221_121026

Ou on a au moins vu le film: la liste de Schindler... voici sa galerie de photo dans le quartier Kaziermiez.
Les prisonniers qui travaillaient pour Oskar Schindler avaient tous le sourire sur leur photo, ce qui n'étaient pas le cas dans le couloir de la galerie photos des prisonniers à Auschwitz.
Dans cette galerie j'ai vu quantité de jeunes femmes, qui comme toi, Mémé sont nées en 1923.
Tout en sachant, que tu n'as heureusement jamais mis les pieds là bas, je m'attendais à voir ton portrait.

Aujourd'hui je n'ai que des questions, des questions que j'aimerais te poser.
Pour moi, tu n'étais que ma Mémé et je ne pensais pas du tout que toi aussi tu avais écrit l'histoire.
Alors aujourd'hui je reste avec mes questions.
Pourquoi toi, une jeune fille de 15 ans, non juive tu as été déportée à Berlin?
Je sais que tu travaillais dans une usine, mais je ne sais pas de quoi?
Je sais que c'est dans cette usine que tu as rencontré Pépé, qui lui était français travailleur forcé à Berlin.
Pourquoi avait il été déporté lui aussi?
Vous avez pu vous enfuir sous les bombardements et vous êtes arrivés à Paris.
Voilà comment ta zhistoire a commencé et comment la mienne en a découlée.

_DSC0030~1

Tu avais le caractère qu'on te connait, tu es devenue la mère Perrot: Annie Perrot.
Tu avais des phrases toutes faites que tu nous disais avec ton accent polonais.
Ca allait de :" c'est quoi cette z'hitoire?" à "quand on a faim tout fait ventre".

_DSC0309

Tu n'avais pas beaucoup d'humour quand je remplacais le sel par le sucre, ce que tu n'aimais pas non plus, c'est quand on passait à table et que j'arrivais pas à lacher mon livre...
Alors, tu t'adressais à papa: " tu peux dire à ta fille de lacher son livre, on mange!"
Là, je savais qu'il fallait pas que ça traine...
Et mes sabots en bois, ceux que tu n'as pas hésités à mettre au feu, on en parle? 
Tu n'appréciais pas trop non plus, quand je faisais du patin à roulettes dans le grand couloir des Bannettes...
Mais moi, ta Karoline, je savais que tu ne mordais pas et je m'amusais à te faire enrager, je crois que ça te faisait rire en fait!
En revanche, ta patience était à toute épreuve pour me coudre des vêtements, pour m'apprendre à jouer au rami, ou encore pour me rincer les cheveux au vinaigre pour qu'ils brillent.

_DSC0074~1

J'ai eu la chance de te voir vieillir et d'être riche de tous ces souvenirs avec toi.
Aujourd'hui, tu es encore toujours là avec moi.
Souvent St Antoine et toi vous m'aidez, on a un deal toutes les deux, et tu ne faillis jamais.
D'ailleurs....
En tout cas Mémé, de découvrir ton pays nous a enchanté et nous donne envie que d'une chose:
Y retourner en CC.

52555120_10214632425389747_2543773155051175936_o

 Dans le prochain post,
je vous parlerai de vodka,
des zlotys,
de la légende du dragon de Wawel,
de pierogies et même des Pokemon polonais...
alors ne vous éloignez pas trop.
See you soon.